les hautes lumières
FAUVE Lyrics


Après la nuit,
Avant le jour,
Et à travers les roselières
Après la nuit,
Avant le jour,
J'irais chercher, les hautes lumières.

Aux innocents les mains pleines,
J't'emmène lancer des médailles dans l'eau bleue des fontaines
Et cueillir à nouveau ces visions qu'on s'offrait autrefois,
Comme des couronnes.
Ces visions qu'on s'échangeait pour se dire, pour se rappeler,
Je suis veilleur, tu es musée.
Je veux sentir les feuilles de menthe craquer sous nos dents
Avec la chlorophylle qui s'échappe.

Et t'faire écouter le son de carillons qu'fait le claquement des drisses de pavillon
Contre les mâts, avec en fond le grand fracas de la mer qui rapporte,
Et au dessus la procession de cargo des nuages bas et blancs.
Je voudrais te faire rencontrer les femmes cyprines et les bolqueens
Qu'elles nous habillent de robes et de diadèmes au croisement d'Amsterdam,
Et d'la 80ème pendant que moi je te mettrais au poignet des bracelets de tissu
Qui deviendront des bracelets de fleurs, puis des rubans, puis des violons.

Je porte le blason d'mon clan,
J'l'ai désormais gravé sur la face visible de mon cœur,
Mais ça ne fait pas mal rassure toi au contraire,
J'ai fait broder nos souvenirs étincelant sur des manteaux de nuit
Qu'mon offert des frères tisserands drapiers de canut
J'ai à la main mes aussières, je suis prêt.

Après la nuit,
Avant le jour,
Et à travers les roselières
Après la nuit,
Avant le jour,
Je t'offrirai les hautes lumières.

Aux innocents les mains pleines je t’emmène plonger dans la Seine
Et nager dans les courants fort de Beauchamp,
Nager dans les rivières, remonter les ruisseaux,
Puis prendre un bain brûlant, où je laverais ta peau
Au lait d’ânesse, avant de sécher ton corps moi même
Comme avant, quand on était adolescent.

Je veux faire l'amour dans les champs, dans les clairières, dans les taxis,
Je veux faire l'amour partout, même sur les toits de Paris.
Je veux résider au creux de ton cou, et dans tes draps parfumés aux lilas,
Tandis qu'une madré enveloppé d'un châle rouge bénit nos fronts
En silence avec des croix de baume au camphre.

Je te montrerai comment décrocher les boules blanches des symphorines
Pour les éclater sous nos pieds et entre nos doigts,
Avant d'aller regarder la lumière d'un lampadaire qui rougeoie
Et qui vacille sur les berges du fleuve endormi,
Dont les risées de vent emplissent la surface.

Je veux offrir cette cigarette à ma mère,
Cette cigarette d'après la guerre et son odeur vanillé,
Je t’emmène voir le granit rose de ses îles qu'on ne peut pas déplacer
Mais c'est pour nous protéger,
Je t'emmène tout rejouer, peut être tout perdre,
Mais peut être aussi tout rafler, tout braquer, tout gagner

Après la nuit,
Avant le jour,
Et à travers les roselières
Après la nuit,
Avant le jour,
Je t'offrirai les hautes lumières.

Aux innocents les mains pleines je t'emmène voir
Taulet, Cavour, Sienne et Navone,
Toucher la faïence des rues de Lisbonne,
Et le marbre blanc, lisse et brillant des palais.

Je veux entendre les Salam des chauffeurs,
Et qui nous crie, les enfants je vous emmène à Orléans si ça vous plait.
Je veux t'offrir le tintement des couverts d'argent contre le cristal
Et les mots précieux des miens.

Je veux écouter les histoires des anciens encore et encore,
Ces histoires millénaires qui renaissent,
On s'est connu y a trois mille ans, on se retrouve maintenant,
Et nos enfants feront de même.

Je t'emmène loin des griffes de la colère, loin des regrets, loin des nausées,
Je t'emmène loin de la barbarie et des odeurs de kérosène brûlé,
Je t'emmène courir après des filles, après des garçons, après des rêves,
Et contempler les vivants, ces gens qu'on croise parfois
Et qui nous font tomber amoureux pour deux, pour trois.

On doit encore parcourir la terre,
On doit trouver cent mille sœurs et cent mille frères,
Pour plus jamais être seul dans les cimetières,
Alors sur la colline du Palatin, par dessus les dômes byzantins
Bientôt nous serons postés, nous armerons nos flèches de diamants,
Pour devenir sagittaires et décrocher, les hautes lumières

Après la nuit,
Avant le jour,
Et à travers les roselières
Après la nuit,
Avant le jour,
Je t'offrirai les hautes lumières.

Après la nuit,
Avant le jour,
Et à travers les roselières
Après la nuit,
Avant le jour,
Je t'offrirai les hautes lumières.

Lyrics © Sony/ATV Music Publishing LLC
Written by: NICOLAS DARDILLAC, PIERRE CABANETTES, QUENTIN POSTEL, SIMON MARTELLOZO, STEPHANE MURAIRE

Lyrics Licensed & Provided by LyricFind
To comment on specific lyrics, highlight them
Genre not found
Artist not found
Album not found
Song not found
Most interesting comments from YouTube:

Florestan Rodriguez

Après la nuit, avant le jour et à travers les roselières
Après la nuit, avant le jour, j'irai chercher les hautes lumières 

Aux innocents les mains pleines
J't'emmène lancer des médailles dans l'eau bleue des fontaines
Et cueillir à nouveau ces visions qu'on s'offrait autrefois comme des couronnes. 
Ces visions qu'on s'échangeait pour se dire, pour se rappeler je suis veilleur, tu es musée 

Je veux sentir les feuilles de menthe craquer sous nos dents avec la chlorophylle qui s'échappe 
Et t’faire écouter le son de carillon que fait le claquement des drisses de pavillons contre les mâts 
Avec en fond le grand fracas de la mer qui rapporte 
Et au-dessus la procession d'cargots des nuages bas et blancs 
J'voudrais t'faire rencontrer les femmes cyprines et des ( ??)
Qu'elles nous habillent de robes et de diadèmes 
Au croisement d’Amsterdam et de la 80ème 
Pendant que moi j'te mettrai au poignet 
Des bracelets de tissus qui deviendront des bracelets de fleurs 
Puis des rubans, puis des violons 
J'porte le blason de mon clan 
Je l'ai désormais gravé sur la face visible de mon cœur 
Mais ça ne fait pas mal rassure toi, au contraire 
J'ai fait broder le souvenir étincelants sur deux manteaux de nuit 
Qu’m'ont offerts des frères tisserands, drapiers canus 
J'ai à la main mes haussières 
Je suis prêt 

Après la nuit, avant le jour et à travers les roselières 
Après la nuit, avant le jour, je t'offrirai les hautes lumières 

Aux innocents les mains pleines 
J’t'emmène plonger dans la Seine et nager dans les courants forts de Beauchamp 
Nager dans les rivières, remonter les ruisseaux
Puis prendre un bain brûlant où je laverai ta peau au lait d'ânesse 
Avant de sécher ton corps moi-même, comme avant, quand on était adolescent 
J’veux faire l'amour dans les champs, dans les clairières, dans les taxis 
J’veux faire l'amour partout, même sur les toits de Paris 
Je veux résider au creux de ton cou et dans tes draps parfumés au lilas 
Tandis qu'une madré enveloppé d'un châle rouge bénit nos fronts en silence 
Avec des croix de baume au camphre
J'te montrerais comment décrocher les boules blanches des symphorines
Pour les éclater sous nos pieds et entre nos doigts
Avant d’aller regarder la lumière des lampadaires qui rougeoient et qui vacillent 
Sur les berges du fleuve endormis dont les risées de vent brise la surface
Je veux offrir cette cigarette à ma mère, cette cigarette d’après la guerre et son odeur vanillée
J’t’emmène voir le granit rose de ces îles qu’on peut pas déplacer, mais c’est pour nous protéger
J’t’emmène tout rejouer, peut-être tout perdre, mais peut-être aussi tout rafler, tout braquer, tout gagner

Après la nuit, avant le jour et à travers les roselières
Après la nuit, avant le jour, j'irai chercher les hautes lumières

Aux innocents les mains pleines, 
J’t’emmène voir (??) ( ??), Sienne et Navone
Toucher la faïence des rues de Lisbonne
Et le marbre blanc lisse et brillant des palais
J’veux entendre les Salam des chauffeurs 
Et qui nous crient « les enfants j’vous emmène à Orléans si ça vous plait »
J’veux t’offrir le tintement des couverts d’argent
Contre le cristal et les mots précieux des miens
J’veux écouter les histoires des anciens encore et encore
Ces histoires millénaires qui renaissent
On s’est connu y’a 3000 ans 
On se retrouve maintenant et nos enfants feront de même
J’t’emmène loin des griffes de la colère, loin des regrets, loin des nausées
J’t’emmène loin de la barbarie et des odeurs de kérosène brûlé
J’t’emmène courir après les filles, après les garçons, après les rêves 
Et contempler les vivants
Ces gens qu’on croise parfois 
Qui nous font tomber amoureux pour deux, pour trois

On doit encore parcourir la terre
On doit trouver 100 000 sœurs et 100 000 frères
Pour plus jamais être seul dans les cimetières
Alors sur la colline du palatin
Par-dessus les demi ( ??) 
Bientôt nous seront postés
Nous armerons nos flèches de diamant pour devenir sagittaire
Et décrocher les hautes lumières

Après la nuit, avant le jour et à travers les roselières 
Après la nuit, avant le jour, je t'offrirai les hautes lumières



Aicha Bessaidi

Après la nuit 
Avant le jour 
Et à travers les roselières 

Après la nuit 
Avant le jour 
J'irai chercher les hautes lumières 

Aux innocents les mains pleines 
Je t'emmène lancer les médailles 
Dans l'eau bleue des fontaines 
Et cueillir à nouveau ces visions 
Qu'on s'offrait autrefois comme des couronnes 
Ces visions qu'on s'échangeait 
Pour se dire, pour se rappeler 
Je suis veilleur, tu es musée 

Je veux sentir les feuilles de menthe craquer 
Sous nos dents avec la chlorophylle qui s'échappe 
Et te faire écouter le son de carillon 
Que fait le claquement des drisses de pavillons contre les mâts 
Avec en fond le grand fracas de la mer qui rapporte 
Et au-dessus la procession d'cargots des nuages bas et blancs 
J'voudrais te faire rencontrer les femmes cyprinées des bal queen (??) 
Qu'elles nous habillent de robes et de diadèmes 
Au croisement d’Amsterdam et de la 80ème 
Pendant que moi j'te mettrai au poignet 
Des bracelets de tissus qui deviendront des bracelets de fleurs 
Puis des rubans, puis des violons 
J'porte le blason de mon clan 
Je l'ai désormais gravé sur la face visible de mon coeur 
Mais ça ne fait pas mal rassure toi au contraire 

J'ai fais broder le souvenir étincelants sur deux manteaux de nuit 
Que m'ont offerts des frères tisserands, drapiers canus 
J'ai à la main mes haussières 
Je suis prêt 

Après la nuit 
Avant le jour 
Et à travers les roselières 

Après la nuit 
Avant le jour 
Je t'offrirai les hautes lumières 

Aux innocents les mains pleines 
Je t'emmène plonger dans la Seine 
Et nager dans les courants forts de Beauchamp 
Nager dans les rivières, remonter les ruisseaux 
Puis prendre un bain brûlant 
Où je laverai ta peau au lait d'ânesse 
Avant de sécher ton corps moi-même, comme avant 
Quand on était adolescents 
Je veux faire l'amour dans les champs 
Dans les clairières, dans les taxis 
Je veux faire l'amour partout 
Même sur les toits de Paris 
Je veux résider au creux de ton cou 
Et dans tes draps parfumés au lilas 
Tandis qu'une madre enveloppé d'un châle rouge 


Bénit nos fronts en silence 
Avec des croix de baume au camphre 
J'te montrerai comment décrocher les boules blanches des symphorines 
Pour les éclater sous nos pieds et entre nos doigts 
Avant d'aller regarder la lumière d'un lampadaire qui rougoie 
Et qui vacille sous les berges du fleuve endormi dont les risées de vent emplissent la surface 
J'veux offrir cette cigarette à ma mère, 
Cette cigarette d'après la guerre et son odeur vanillée 
J'temmène voir le granite rose de ces îles qu'on peut pas déplacer mais c'est pour nous protéger 
J'temmène tout rejouer, peut être tout perdre mais p't être aussi tout rafler, tout braquer, tout gagner 

Après la nuit 
Avant le jour 
Et à travers les roselières 

Après la nuit 
Avant le jour 
Je t'offrirai les hautes lumières 

Aux innocents les mains pleines, 
Je t'emmène voir Tolède, Cabourg, Sienne et Navone 
Toucher la faience des rues de Lisbonne 
Et l'marbre blanc, lisse et brillant des palais 
J'veux entendre les salam des chauffeurs 
Et qu'ils nous cirent "Les enfants j'vous emmène à Orléans si ça vous plait" 
J'veux t'offrir le tintememnt des couverts d'argent contre le cristal et les mots précieux des miens 
J'veux écouterles histoires des anciens encore et encore 
Ces histoires millénaires qui renaissent 
On s'est connu il y a trois mille ans 
Et on s'retrouve maintenant et nos enfants en feront de même 
J't'emmène loin des griffes de la colère 
Loin des regrets, loin des nausées 
J't'emmène moin de la barbarie et des odeurs de kérozene brulé 
J'temmène courir après des filles, après des garçons, après des rêves 
Et contempler les vivants, 
Ces gens qu'on croise parfois qui nous font tomber amoureux pour deux pour trois 
On doit encore parcourir la terre 
On doit trouvers cent mille frères 
Et cent mille soeurs pour plus jamais être seul dans les cimetières 
ALors sur la colline du Palatin 
Par dessus les dômes byzantins 
Bientôt nous serons postés 
Nous armerons nos flèches de diamant pour devenir sagitaires 
Et décrocher les hautes lumières 

Après la nuit 
Avant le jour 
Et à travers les roselières 

Après la nuit 
Avant le jour 
Je t'offrirai les hautes lumières 

Après la nuit 
Avant le jour 
Et à travers les roselières 

Après la nuit 
Avant le jour 
Je t'offrirai les hautes lumières



BRA CŒUR

FAUVE faut pas chercher à aimer,faut juste écouter ..

Fauve c'est un rempart contre la médiocrité mais pas un phare..

Fauve espèce de fils de Léo Ferré!

Fauve enfant de Brèle!

Fauve des vrais Barbara sanguinaire..

Oui je sais,jeu de mot:jeu de vilain..

Fauve-Corps ..

Fauve-Toujours ..

Fauve-Tous ..

Merci 🌻



Nicolas Délétroz

After night
Before morning
And across the reed bed

After night
Before morning
I will go search the bright lights

The innocents, the full hands
I will take you to throw the medals
In the blue water of fountains
And gathering these new visions
That we had offered them like crowns
The visions that we had exchanged
To tell them, to remind them
I am watchman, you are museum

I want to smell the mint leaves cracking
Under our teeth with the chlorophyll that escapes it
And make you listen to the sound of bells
And makes the cracking of the halyard of the flags against the flagpole
With the background the big roar of the sea that returns
And above the procession of cargots of the low and white clouds
I would like to meet the wet women of the queen's ball
That dress us in dresses and tiaras
At the crossing of Amsterdam and 80th
While I will be putting on your wrist
Bracelets of tissues that will become flower bracelets
Then ribbons, then violins
I wear my family's coat of arms
I carved from now on the visible face of my heart

But it this does not encourage you enough the opposite

I had embroidered the blazing memory on two night coats
That offered me weaver brothers, (?) brothers
I have my bulls at hand
I am ready

After night
Before morning
And across the reed bed

After night
Before morning
I will go search the bright lights

The innocents with full hands
I lead you to dive in the Seine
And swim in the strong currents of the Beauchamp
Swim in the rivers, go back up the stream
Then take a burning bath
Or I will wash your skin in asses' milk
Before drying your body myself, like before
When we were teens
I want to make love in the fields
In forests, in taxis
I want to make love everywhere
Even on the roofs of Paris
I want to live in the hollow of your neck
And in lilac-scented sheets
While an enveloped bowl of a red shawl
Blesses our bodies in silence
With camphor balm crosses



All comments from YouTube:

Joséphine Desmond

j’espère que ce chef d’œuvre continu d’être écouté, encore en cette année.

Yann Le Corre

Plus que jamais

pierre boulon

Encore heureux

hoseokiana

toujours

poulain veronique

@Loo ca fait tellement du bien

Mathilde

2021, toujours là !

33 More Replies...

Céline iznamor

Toujours la en 2020 ??
FAUVE , intemporel ..

Petite Clurkette

Même en 2021

Sylvie Soudarin

@arno581 dommage on ne les entend plus , ... je ne sais pas pourquoi ..., mais ils sont toujours là en nos coeurs

arno581

Tjrs la un mercredi soir qui a besoin de poésie...

More Comments

More Videos