Vies monotones
Gérard Manset Lyrics


Nous avons des vies monotones,
Rien dans le cœur, rien dans la main.
Comme on ne dit plus rien à personne,
Personne ne nous dit plus rien.

Nous avons des vies monotones,
Des maisons vides et fermées,
Des portes lourdes et blindées
Que n'ouvriront plus jamais personne.
Mais comme il faut bien qu'on vive,
S'asseoir avec le même convive,
C'est pas le festin qu'on croyait,
Pas de fusée, pas de vin, pas de sorbet,
Y a plus qu'à tirer la nappe à soi,
Continuer chacun pour soi.

Nous avons des vies monotones,
Rien dans le cœur, rien dans la main,
Comme on n'attend rien de personne,
On n'a plus réponse à rien.

Nous avons des vies monotones,
Entourés d'hommes et de chiens,
Ceux qui mangent dans notre main,
Ce sont ceux-là qu'on abandonne

Mais comme il faut bien qu'on vive
Ce soir avec le même convive,
C'est pas la fête qu'on croyait
Où sont les lumières qui brillaient.
Y a plus qu'à tirer la nappe à soi,
Continuer chacun pour soi.

Nous avons des vies sans mélange
Qui s'en iront de tous côtés,
Raides et droites comme une planche
Sur l'océan de pauvreté

Contributed by Nora L. Suggest a correction in the comments below.
To comment on specific lyrics, highlight them
Genre not found
Artist not found
Album not found
Song not found
Comments from YouTube:

Joph Ruz

Tiré de qui est resté un de ses meilleurs albums, titre désenchanté comme le reste de son oeuvre...

serge lhuillier

ceux qui mangent dans notre main.......Ce sont ceux-là qu'on abandonne

franck auger

Magnifique

philippe le marrec

il est vraiment incroyable cet artiste !!! toute les paroles de n'importe quelle de ses chansons sont magnifique ...... vieux fan et je le resterai toujours !!! merci Gérard fait nous rêver encore ..........

jose dias

superbe

bob leponge

Nous avons des vies monotones
Rien dans le coeur, rien dans la main
Comme on ne dit plus rien à personne
Personne ne nous dit plus rien

Nous avons des vies monotones
Des maisons vides et fermées
Des portes lourdes et blindées
Que n'ouvriront plus jamais personne

Mais comme il faut quand même qu'on vive
S'asseoir avec le même convive
C'est pas le festin qu'on croyait
Pas de fusée, pas de vin, pas de sorbet
Y'a plus qu'à tirer la nappe à soi
Continuer chacun pour soi

Nous avons des vies monotones
Rien dans le coeur, rien dans la main
Comme on n'attend rien de personne
On n'a plus réponse à rien

Nous avons des vies monotones
Entourés d'hommes et de chiens
Ceux qui mangent dans notre main
Ce sont ceux-là qu'on abandonne

Mais comme il faut quand même qu'on vive
Ce soir avec le même convive
C'est pas la fête qu'on croyait
Où sont les lumières qui brillaient ?
Y'a plus qu'à tirer la nappe à soi
Continuer chacun pour soi

Nous avons des vies sans mélange
Qui s'en iront de tous côtés
Raides et droites comme une planche
Sur l'océan de pauvreté

Mais comme il faut quand même qu'on vive
Ce soir avec le même convive
C'est pas le festin qu'on croyait
Pas de fusée, pas de vin, pas de sorbet
Y'a plus qu'à tirer la nappe à soi
Continuer chacun pour soi

Anna Rosenschild-Paulin

Ik

KME.38 KME.38

Une très belle chanson qui traite de la pauvreté , créée et chantée par un Artiste d'exception !

aldogennai

Pas certain que le thème de la chanson soit la pauvreté - sauf à s'entendre sur le terme.