Gastibelza
Georges Brassens Lyrics


Gastibelza l’homme à la carabine
Chantait ainsi
Quelqu'un a-t-il connu Dona Sabine
Quelqu'un d’ici?
Chantez, dansez, villageois la nuit gagne
Le Mont Falu
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou

Quelqu’un de vous a-t-il connu Sabine
Ma Senora?
Sa mère était la vieille maugrabine d ’Antéquarra
Qui chaque nuit criait dans la Tour Magne
Comme un hibou
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou

Vraiment la Reine eut, près d’elle, été laide
Quand vers le soir
Elle passait sur le pont de Tolède
En corset noir
Un chapelet du temps de Charlemagne
Ornait son cou
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou

Le Roi disait en la voyant si belle
A son neveu
Pour un baiser, pour un sourire d’elle
Pour un cheveu
Infant Don Ruy, je donnerais l’Espagne
Et le Pérou
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou

Je ne sais pas si j’aimais cette dame
Mais je sais bien
Que pour avoir un regard de son âme
Moi, pauvre chien
J’aurais gaiement passé dix ans au bagne
Sous les verrous
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou

Quand je voyais cette enfant moi le pâtre
De son canton
Je croyais voir la belle Cléopâtre
Qui, nous dit-on
Menait César Empereur d’Allemagne
Par le licou
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou

Dansez, chantez, villageois, la nuit tombe
Sabine un jour
A tout vendu, sa beauté de colombe
Tout son amour
Pour l’anneau d’or du Comte de Saldagne
Pour un bijou
Le vent qui vient à travers la montagne
M’a rendu fou

Lyrics © OBO APRA/AMCOS

Lyrics Licensed & Provided by LyricFind
To comment on specific lyrics, highlight them
Genre not found
Artist not found
Album not found
Song not found
Most interesting comment from YouTube:

Solange Voiry

Letras en francés y español :
Paroles: poème de Victor Hugo,
Musique: Georges Brassens -1958

Gastibelza, l'homme à la carabine,
. . Chantait ainsi:
"Quelqu'un a-t-il connu doña Sabine ?
. . Quelqu'un d'ici ?
Chantez, dansez, villageois ! la nuit gagne
. . Le mont Falu...
Le vent qui vient à travers la montagne
. . Me rendra fou."

"Quelqu'un de vous a-t-il connu Sabine,
. . Ma señora ?
Sa mère était la vieille maugrabine
. . D'Antequera,
Qui chaque nuit criait dans la tour Magne
. . Comme un hibou...
Le vent qui vient à travers la montagne
. . Me rendra fou."

"Vraiment, la reine eût près d'elle été laide
. . Quand, vers le soir,
Elle passait sur le pont de Tolède
. . En corset noir.
Un chapelet du temps de Charlemagne
. . Ornait son cou...
Le vent qui vient à travers la montagne
. . Me rendra fou."

Le roi disait, en la voyant si belle,
. . A son neveu:
"Pour un baiser, pour un sourire d'elle,
. . Pour un cheveu,
Infant don Ruy, je donnerai l'Espagne
. . Et le Pérou !
Le vent qui vient à travers la montagne
. . Me rendra fou."

"Je ne sais pas si j'aimais cette dame,
. . Mais je sais bien
Que, pour avoir un regard de son âme,
Moi, pauvre chien,
J'aurai gaîment passé dix ans au bagne
. . Sous les verrous...
Le vent qui vient à travers la montagne
. . Me rendra fou."

"Quand je voyais cette enfant, moi le pâtre
. . De ce canton,
Je croyais voir la belle Cléopâtre,
. . Qui, nous dit-on,
Menait César, empereur d'Allemagne,
. . Par le licou...
Le vent qui vient à travers la montagne
. . Me rendra fou."

"Dansez, chantez, villageois, la nuit tombe
. . Sabine, un jour,
A tout vendu, sa beauté de colombe,
. . Tout son amour,
Pour l'anneau d'or du comte de Saldagne,
. . Pour un bijou...
Le vent qui vient à travers la montagne
. . M'a rendu fou."
------
Letra en español :
Gastibelza L'homme à la carabine, 1958

Gastibelza, con su carabina, cantaba así:
¿Alguien conoce a mi dueña Sabina? ¿Alguien de aquí?
¡Canten y bailen, aldeanos! ya es noche en el monte Falu...
El viento de la montaña apagó de mi mente la luz

¿Alguien ha visto a doña Sabina, mi señora?
Su madre fue aquella vieja ladina de Antequera,
Que como un búho chistaba de noche en la torre del sur
El viento de la montaña apagó de mi mente la luz

Si hasta la Reina pasaba por fea, al verla pasar
De tarde por el puente de Toledo vistiendo su ajuar
De corsé negro, brillando en su cuello el rosario y la cruz...
El viento de la montaña apagó de mi mente la luz

El rey le dijo a su sobrino cuando la vio:
"Por un beso de ella, por una sonrisa, por su favor,
¡Infante, daría ya mismo la España y también el Perú!
"El viento de la montaña apagó de mi mente la luz

No sé si a mí me querría esta dama, pero sí sé bien
Que, por la sola mirada a su alma, yo, que no soy quien
Con gusto habría pasado diez años en la esclavitud
El viento de la montaña apagó de mi mente la luz

Cuando la ví a la infanta, yo, pobre pastor del cantón,
Creía ver a la bella Cleopatra, de quien la canción
Dijo que el César, delante de ella, bajaba el testuz
El viento de la montaña apagó de mi mente la luz

Bailen, y canten, porque ya cae la noche. Sabina, en flor,
Todo entregó; su belleza y sus dones, todo su amor,
Al oro del conde de la Saldaña, vendió su virtud...
El viento de la montaña apagó de mi mente la luz.



All comments from YouTube:

Le mollarain

Y'en a plus des Mr Brassens quel plaisir de l'écouter!!

Francoise Duprez

magnifique v hugo serait épaté francoise ex institutrice

ely ejoty

@Pierre Blanchard Une phrase qui a été mainte fois démentie.

michel lamarre

j ai eu le même réflexe

Pierre Blanchard

Pas sur car Victor Hugo ne voulait pas qu'on mette ses poème en musique. Peut-être aurait-il quand même laissé Brassens le faire en écoutant la beauté de la mélodie ? Mystère.

Frédéric Sch

Gracias. Merci pour ce cadeau.

Pierrick Lebourch

j 'ai trouvé ce poeme de v Hugo que tu apprécies , belles paroles ,belle histoire ...

lélou nicolas

j adore cette chanson <3

35fleau

merci

35fleau

merci

More Comments

More Videos