Mon père était tellement de gauche
Les Fatals Picards Lyrics


On ne choisit pas son enfance, on m'a pas laissé être droitier
Mon père m'emmenait jamais au square mais aux réunions du comité
Mon père était tellement de gauche qu'on habitait rue Jean Jaurès
En face du square Maurice Thorez, avant d'aller vivre à Montrouge

On a été en U.R.S.S. l'hiver, les pays de l'Est c'est mieux l'hiver
On voit bien mieux les bâtiments, les nuances de gris ça flashe sur le blanc
Devant la statue de Lénine, pour nous c'était le grand frisson
Moins 24° c'était pas terrible, mais les chapkas étaient en option.
Mon père était tellement de gauche, que quand est tombé le mur de Berlin
Il est parti chez Casto pour acheter des parpaings.
On mangeait des Lenine's burger, fallait vraiment faire attention
T'avais du chou, une pomme de terre, la viande elle était en option.

On achetait du coca-Kolkhoze, approuvé par le comité
Ça devait soigner la silicose, on s'en servait pour désherber
On regardait pas la contrebande, on ne regardait pas la corruption
La Sibérie c'était Disneyland, le discernement en option.

Mon père était tellement de gauche qu'à son mariage dans l'église,
On chantait l'internationale, les femmes portaient des faux-cils
Mon père était tellement de gauche, on a eu tout plein d'accidents
Il refusait la priorité à droite systématiquement.

Les copains se foutaient de moi tout le temps, car à l'école au premier rang
J'avais mes lunettes de Brejnev et le dentier d'un Tupolev
Mon père était tellement de gauche, qu'en 81 il croyait que ça changerait
Je sais pas quelle tête il aurait fait, en 2002, en allant voter.

Et même si tout ce que je raconte, n'est pas tout à fait vrai
Le socialisme comme paradis, nous on y croyait.
Mon père était tellement de gauche, que lorsqu'il est parti
La gauche est partie avec lui.

Contributed by Caleb A. Suggest a correction in the comments below.
To comment on specific lyrics, highlight them
Genre not found
Artist not found
Album not found
Song not found
Most interesting comments from YouTube:

Swax

On ne choisit pas son enfance, on m'a pas laissé être droitier
Mon père m'emmenait jamais au square mais au réunion de comité
Mon père était tellement de gauche qu'on habitait rue Jean Jaurès
En face du square Maurice Thorez avant d'aller vivre à Montrouge

On a été en U.R.S.S. l'hiver , les pays de l'est c'est mieux l'hiver
On voit bien mieux les bâtiments, les nuances de gris ça flashent sur le blanc
Devant la statue de Lenine, pour nous c'était le grand frisson
Moins 24 c'était pas terrible mais les chapkas étaient en option
Mon père était tellement de gauche que quand est tombé le mur de Berlin
Il est parti chez casto pour acheter des parpaings.

On mangeait des Lenin's burger, fallait vraiment faire attention
Il y avait du choux une pomme de terre, la viande elle était en option
On achetait du Coca-Kolkhoze, approuvé par le comité
Ça devait soigner la silicose, on s'en servait pour désherber
On regardait pas la contrebande, on regardait pas la corruption
La Sibérie c'était disneyland, le discernement en option.

Mon père était tellement de gauche qu'à son mariage dans l’Église
On chantait l'internationale, les femmes portaient des faux cils
Mon père était tellement de gauche qu'on a eu tout pleins d'accident
Il refusait la priorité à droite systématiquement.

Les copains se foutaient de moi tout le temps, car à l'école au premier rang
J'avais mes lunettes de Brejnev et le dentier d'un Tupolev
Mon père était tellement de gauche, qu'en 81 il croyait que ça changerait
Je sais pas quelle tête il aurait fait, en 2002 en allant voter

Et même si tout ce que je raconte n'est pas tout à fait vrai
Le socialisme comme paradis, nous on y croyait
Mon père était tellement de gauche, que lorsqu'il est parti
La gauche est partie avec lui.



Aloÿs

@oncle shu J'en pense que tu n'as pas lu mes commentaires.
Je n'ai jamais dit que l'immigration était la seule cause de nos problèmes mais qu'elle aggravait ceux que l'on avait déjà tout en en rajoutant de nouveaux.
Si l'on cessait l'immigration et que, pourquoi pas, on mettait en place la remigration, ce serait certes beaucoup plus simple mais il nous resterait encore beaucoup d'autres problèmes à régler.
J'estime donc simplement qu'il faut nous faciliter la tâche, sans rien espérer naïvement.
Ensuite, que certains Arabes paient des impôts et que certains Blancs touchent des prestations sociales, là n'est pas la question.
Je n'ai rien contre les prestations sociales, je pense au contraire qu'elles sont nécessaires pour amoindrir les injustices du système capitaliste et pour permettre un minimum de cohésion sociale et nationale.
Je n'ai rien non plus contre l'immigration en soi ni contre telle ou telle origine ethnique.
Je descends par mon père d'immigrés Belges et Luxembourgeois et ma mère est une Créole réunionnaise.
Il se trouve seulement que dans le contexte actuel, nous ne pouvons plus nous permettre d'avoir une politique migratoire aussi généreuse (je dirais même folle).
Premièrement, parce que les immigrés actuels (qu'ils soient d'origine arabe ou non) pillent le système social.
Avec l'argent qu'ils touchent, ils s'achètent souvent des maisons dans leur pays d'origine et en donnent une partie à leur famille restée au pays (vous m'accorderez d'ailleurs que les Français de souche qui bénéficient d'aides sociales ne se livrent pas à ce genre de pratiques).
Par exemple, 20% du PIB des Comores provient de l'argent envoyé par la diaspora installée en France.
Ce qui grève considérablement l'économie de la France, alourdit les taxes de plus en plus nombreuses que les Français doivent payer et détruira à terme le système social qui ne sera plus soutenable.
Deuxièmement, parce que l'immigration de masse ne profite qu'aux patrons et est aujourd'hui leur arme principale contre le prolétariat français.
En effet, les entreprises qui ne sont pas délocalisables, comme la restauration et le bâtiment, préfèrent embaucher des immigrés clandestins et des travailleurs détachés car ils sont beaucoup moins chers que les travailleurs français.
Ce qui encourage l'exploitation capitaliste de la misère humaine et augmente le chômage, contribuant ainsi à rendre le système social toujours moins soutenable puisque l'on doit augmenter les impôts ou rajouter des taxes afin de pouvoir donner aux nouveaux chômeurs les prestations sociales auxquelles ils ont droit.
Et troisièmement, parce que l'immigration actuelle ne s'assimile plus ni ne souhaite s'assimiler, suivant par là docilement les injonctions de la gauche culturelle.
Conséquences : l'importation d'un système religieux politico-juridique contraire en tous points à la culture française rendant impossible la cohabitation et causant de graves problèmes comme les attentats et, à terme, l'instauration de la charia, c'est-à-dire un système totalitaire pire que le communisme, le fascisme et le nazisme réunis.



All comments from YouTube:

Judasswolf

10 ans plus tard, je viens de comprendre la blague sur les faux cils...

Lado13

Moi je viens tout juste de comprendre en lisant votre commentaire 😂

Méca Mob 26

@Eric Eeckman Si nous ont est pas très futés je te remerci car vous vous êtes carrément CONS et j'y met les majs juste pour toi!!!

Fujiwara no Mokou

Moi aussi je viens de la comprendre... J'avais pas compris qu'il parlait de faux cils, j'ai toujours pensé aux faucilles...

Frédéric Dumeniel

Ah quand même 😂😂😂

BIDULE

Sa sert de grandir des fois ^^

21 More Replies...

Mx Mg

Mon père était tellement de gauche que  lorsqu'il est parti... La gauche est parti avec lui.

Dorian Lecoq

@Blanche Hermine Enfin le commentaire que je cherchais (et le pseudo qui va avec)

Tout en paradigme

@Alia Bm malheureusement elle est morte. Triste.

F society

Ah ça expliquerait bien des choses

More Comments

More Videos