La Fiancée
Serge Lama Lyrics


Timidement, les yeux baissés
Elle est venue, la fiancée
Dedans l'appartement de l'homme
Elle est là pour lui faire plaisir
Et pour répondre à son désir
Elle est là pour l'amour, en somme

Il lui a dit "Je t'aime
Viens donc chez moi"
Elle lui a dit "Je t'aime"
Et la voilà

Elle est entrée et elle a vu
Le lavabo blanc et la rue
Pâle et grise par la fenêtre
Des journaux, des mégots partout
Elle a senti comme un dégoût
Mais elle n'a rien laissé paraître

Il lui disait "Je t'aime
Assied-toi là"
Elle lui disait "Je t'aime
C'est beau chez toi"

Puis il a dénoué ses cheveux
Déboutonné sa robe bleue
Il a embrassé sa médaille
Puis il est entré dans son corps
Et encore, encore et encore
Il lui a fait comme une entaille

Il lui disait "Je t'aime"
Du bout des doigts
Elle répondait "Je t'aime
Enfin, je crois"
Elle a fait ce qu'il lui a dit
Elle a pleuré, puis elle a ri
Puis elle a fait semblant de geindre
Il était content, si content
Il n'avait pas perdu son temps
Il aurait eu tort de se plaindre

Il lui criait "Je t'aime
Caresse-moi"
Elle répétait "Je t'aime"
Mais elle avait froid

Puis elle a renoué ses cheveux
Reboutonné sa robe bleue
Elle a rajusté son corsage
Puis elle est rentrée dans l'hiver
Avec son jupon de travers
Fin prête pour le mariage
Avec un goût amer
Dans ses pensées
Elle a étreint sa mère
La fiancée.

Lyrics © P.E.S.L (Productions et Editions Serge Lama)
Written by: Jacques DATIN, Serge LAMA

Lyrics Licensed & Provided by LyricFind
To comment on specific lyrics, highlight them
Genre not found
Artist not found
Album not found
Song not found
Comments from YouTube:

Пантелеева Ирина

Timidement, les yeux baissés,
Elle est venue la fiancée
Dedans l'appartement de l'homme,
Elle est là pour lui faire plaisir
Et pour répondre à son désir,
Elle est là pour l'amour en somme.

Il lui a dit: "je t'aime,
Viens donc chez moi",
Elle lui a dit: "je t'aime"
Et la voilà...

Elle est entrée et elle a vu
Le lavabo sale et la rue
Pâle et grise par la fenêtre,
Des journaux, des mégots partout,
Elle a senti comme un dégoût,
Mais elle n'a rien laissé paraître.

Il lui a dit "je t'aime
Assied toi là",
elle lui a dit: "je t'aime
A demi-voix".

Puis, il a dénoué ses cheveux,
Déboutonné sa robe bleue,
Il a embrassé sa médaille,
Puis il est entré dans son corps,
Et encore, encore, et encore,
Il lui a fait comme une entaille.

Il lui disait "je t'aime"
Du bout des doigts,
Elle répondait: "je t'aime,
Enfin, je crois".

Elle a fait ce qu'il lui a dit,
Elle a pleuré, puis elle a ri,
Puis elle a fait semblant de geindre,
Il était content, si content,
Il n'avait pas perdu son temps,
Il aurait eu tort de se plaindre.

Il lui criait: "je t'aime,
Caresse moi",
elle répétait "je t'aime",
Mais elle avait froid.

Puis elle a renoué ses cheveux,
Reboutonné sa robe bleue,
Elle a rajusté son corsage,
Puis elle est rentrée dans l'hiver
Avec son jupon de travers,
Fin prête pour le mariage

Avec un goût amer
Dans ses pensées,
Elle a étreint sa mère,
La fiancée,

La fiancée.

Therese Castagna

Cette chanson et profonde dommage de ne pas la programmait plus souvent merci Serge pour tes belles chansons je parle de la fiancée

Marie Souteirat

Qu'elles ont souffert ces femmes au siècle dernier corvéable à merci

Denis Griso

Merci Пантелеева Ирина j'adore S Lama depuis toujours

Пантелеева Ирина

Merci à vous aussi.
Je suis toujours très heureuse quand quelqu'un aime la même chose que moi.

nat12670

Le bourrin par excellence ! et dire que les femmes ne divorçaient pas. Elles ont gagné leur place au paradis, si un ange passe....

Claudie Angely

cette chanson est horrible, mais reflète bien une certaine epoque