Thomas Fersen, Une autre femme: We need your help!

  • I can comment on it

  • I know the meaning

  • I can review it

  • I can translate it

Skip to video »
Genre not found
Artist not found
Album not found
Song not found
Une autre femme
by Thomas Fersen

La vieille momie égyptienne,
C'était le clou du musée,
Elle n'avait pas l'air, l'ancienne,
De beaucoup s'y amuser.

Elle avait un air sévère
Et un pouvoir sans limites
Derrière les cloisons de verre
Qui la protégeaient des mites.

Si vous regardez la mort,
Elle peut vous jeter un sort.

On peut attraper un goitre,
Une queue ou un pied bot,
Sentir une bosse croitre
Et vous déformer le dos

Elle peut déplacer les meubles,
Tordre une barre en métal
Et se prom'ner dans l'immeuble
Sans sortir de son bocal.

La vieille momie égyptienne,
C'tait le clou des cauchemars.
Elle n'avait pas l'air l'ancienne
D'aimer tout ce tintamarre.

Elle avait un air sévère
La patience a des limites
Derrière les cloisons de verre
Qui vous protègent des mites.

Lorsqu'un latin on découvre
Qu'elle développe un champignon
Alors on l'envoie au Louvre
Pour étudier la question.

Le pied gauche et la colonne
Proviennent de la même personne,
Mais on apprend que le crâne
Était à une autre femme.

Les analyses convergent,
D'après sa physionomie,
C'est celui d'une concierge
Qui complète la momie.

Elle avait un air sévère
Et un pouvoir sans limites
Derrière les cloisons de verre
Qui la protégeait des mites

La vieille momie égyptienne
C'était le clou des cauchemars
Elle s'appelait Madame Lucienne
Elle était née à Clamart.

Contributed by Jayden K. Suggest a correction in the comments below.
To comment on specific lyrics, highlight them

More Videos